La crise liée au virus COVID-19 ne justifie pas tout.

Imprimer

Je le dis sans ambages : durant la crise, les autorités helvétiques se sont montrées à la hauteur. Elles ont su prendre les dispositions qui s’imposaient avec mesure et discernement. Dans une certaine mesure, il en a été de même des autorités genevoises. Dans bien des domaines, ce qui paraissait impossible à mettre en œuvre l’a été avec célérité et intelligence. Il conviendra, par exemple, de poursuivre la collaboration fructueuse mise en place entre les différents acteurs en matière de santé : hôpitaux universitaires, cliniques privées et médecine de ville sont d’abord complémentaires, avant d’être concurrents. Le secteur public n’a pas l’exclusivité des tâches d’intérêt public. Il n’est nul besoin de fonctionnariser la caissière de supermarché pour lui reconnaitre un rôle essentiel dans la gestion de la crise de ces derniers mois.


En revanche, cette crise a aussi mis en évidence certaines carences préexistantes de notre système étatique cantonal, pourtant fort doté en personnel et en moyens financiers. La gestion des stocks de masques chirurgicaux n’en est qu’un exemple. Il faudra surtout revoir de nombreux processus administratifs ; souvent archaïques, ils n’ont même pas résisté aux premières heures du virus. Certains services sont restés quasiment à l’arrêt pendant deux mois, sans raison sanitaire et au détriment du citoyen. On peut faire beaucoup mieux en faisant beaucoup plus simplement. La déresponsabilisation, corollaire de l’hyper contrôle doit rapidement laisser place à un management fondé sur la confiance. Il y a trop de chefs, trop de commissions, trop d’audits, trop de groupes de travail et trop de surveillants en tous genres qui conduisent, sur le terrain, aux blocages ou aux incohérences que l’on a pu constater. Partons du principe qu’un fonctionnaire est capable d’effectuer les tâches qui lui sont confiées et réaffectons à d’autres fonctions ceux qui ne donnent pas satisfaction dans leur emploi actuel. Mais soyons franc, les carences précitées nous étaient préalablement connues, la crise n’ayant fait que nous les rendre plus visibles.


Si la gestion de la crise a plutôt rassuré, la période de déconfinement inquiète. Nos autorités cantonales ne semblent pas avoir pris la mesure des enjeux. À l’inverse d’un Conseil fédéral uni dans la difficulté, le Conseil d’État genevois apparaît totalement disloqué. Les Conseillers d’État se montrent en ordre dispersé pour faire passer ou mettre en œuvre des projets irréfléchis et mal ficelés. Nos magistrats ne cachent même plus leur mésentente ; c’est l’ère du chacun pour soi. Et pourtant, l’heure est grave. Il n’y a pas qu’à Genève que l’économie a mis un genou à terre : il est d’important de réaliser qu’il faut rapidement être parmi ceux qui, les premiers, se tiendront fermement sur leurs deux pieds. Sinon, je crains le pire.


Empêtré dans les affaires qui ont touché l’un de ses membres, le Conseil d’État s’est divisé et n’a pas réussi à se réorganiser sérieusement et durablement. Le discours de Saint-Pierre a été archivé sans même avoir servi et on assiste une politique du coup par coup sans cohérence ni vision d’ensemble.


La désorganisation est grande et fort préjudiciable aux affaires de la cité. L’actuel président du Conseil d’État rêve de ne plus l’être. Son prédécesseur aspire à le redevenir. Au lieu d’imaginer une solution où le seul intérêt du Canton compte, on dépose, à la va-vite, un projet de loi constitutionnelle destiné à remettre en vigueur une présidence tournante. Je suis personnellement en faveur de cette solution, mais peut-être aurait-il fallu, pour faire les choses utilement, dresser un bilan de la présidence unique.


Autre signe de dysfonctionnement : incapable de gérer lui-même les principaux enjeux de la République, l’actuel Conseil d’État fait appel à ses prédécesseurs. Lors de la législature précédente, David Hiller avait été appelé à la rescousse lors de la crise des Ports-francs. Le développement du secteur Praille Acacias Vernets (PAV) est en panne : qu’à cela ne tienne, on rappelle Robert Cramer à la présidence de la fondation PAV. Palexpo SA est en difficulté : peu importe, la solution s’appelle François Longchamp ; il devrait être nommé à la présidence de cette société sous peu. Peut-être irons-nous chercher, dès demain, Michèle Künzler pour pacifier la guerre des transports ravivée par l’actuel magistrat ou Laurent Moutinot pour faire un bilan de la nouvelle loi sur la police.


Et puisqu’il est question de Palexpo SA, l’exemple du projet de loi spécieux destiné à sauver le Salon de l’Auto illustre bien la désorganisation du Conseil d’État qui fait trop souvent abstraction d’une bonne marche des affaires du canton. L’idée, telle qu’elle était initialement présentée, était simple et séduisante : la fondation organisatrice (GIMS) avait besoin d’un prêt de 16,8 millions pour assumer ses obligations financières consécutives à l’annulation du dernier Salon. L’État acceptait de prêter la somme demandée et exigeait, en contrepartie, le nantissement des actions de Palexpo SA propriété de ladite fondation. On peut aimer ou détester le Salon de l’Auto. On peut être sensible ou insensible aux retombées économiques de la manifestation (200 millions par an environ). On peut être pour ou contre ce projet de loi. Mais ce qui ne nous a pas été spontanément dit par le représentant du Conseil d’État, c’est qu’il entendait conditionner ce prêt à l’organisation conjointe du Salon de l’Auto par Palexpo SA. Et cela change tout. Cela change tout pour la fondation organisatrice qui risque de perdre la confiance des importateurs et des marques qui participent et financent le Salon. Cela change tout en matière de gouvernance : Palexpo SA serait bailleur et locataire. Cela change tout car la crise sanitaire ne peut servir de prétexte à l’étatisation discrète du plus grand événement populaire de Suisse. Cela change tout, car le Conseil d’État n’a même pas eu la présence d’esprit de confier ce dossier à un autre de ses membres alors que figure toujours, au Conseil d’administration de Palexpo SA, le principal sponsor privé du Conseiller d’État en charge du Département du développement économique (DDE). Dans cette affaire, le Conseil d’État a tenté de cacher un élément essentiel au parlement. Espérons que cela ne conduise pas à la disparition définitive, à Genève, du Salon de l’Auto.


Il y a de nombreux autres signes de fébrilité du Conseil d’État dans cette gestion de sortie de crise : les pistes cyclables provisoires en sont un autre exemple. À titre personnel, je suis très favorable à la mise en place, en nombre, de pistes cyclables. Mais il y a la manière. La méthode du magistrat en charge du Département des infrastructures (DI) est incompréhensible. On se demande toujours quel était l’intérêt de déterrer la hache de guerre des transports, lequel a d’ailleurs permis de rendre inutilement visible les contestataires. Comment le magistrat concerné peut-il honnêtement prétendre que les pistes cyclables dessinées nuitamment sont provisoires : après avoir fâché la moitié de la population en les dessinant, croit-il vraiment qu’il puisse fâcher l’autre moitié des Genevois en les supprimant ? Ce passage en force n’a pas de sens et la crise sanitaire n’a été qu’un prétexte fallacieux : il n’y avait pas d’urgence. Une fois l’agitation passée, les partisans d’une mue indispensable et concertée en matière de mobilité douce reprendront la main. Les genevois sont nombreux, et même certainement majoritaires, à réclamer des pistes cyclables en nombre en l’application de l’IN 144, une facilitation du trafic professionnel, une fluidité dans le U lacustre et une traversée du lac en application de l’IN 157. Une solution simple qui demande un minimum de travail, qui s’inscrit dans le cadre d’un fonctionnement collégial du Conseil d’État, mais qui est incompatible avec une démarche individuelle qui permet à un Conseiller d’État de se mettre en avant et de faire la une des journaux à l’occasion du déconfinement.


La manière un peu gauche du Conseil d’État masque aussi son absence de vision et une improvisation dans les projets annoncés. Il est important que l’État reste dans son rôle. Même la crise ne justifie pas une politique « arrosoir » et cette dernière ne devient pas vertueuse parce qu’elle s’inscrit dans la sensibilité du moment et qu’elle est soutenue par un magistrat de droite. L’argent public, aujourd’hui distribué par les autorités genevoises, ne résulte pas de la planche à billets de la BNS mais des impôts prélevés auprès des contribuables. Dans l’hypothèse – ici réalisée - d’un financement à crédit, il proviendra même de la poche des futurs contribuables que l’on estime être toujours « les autres » : dans le cas présent, « les autres » seront nos enfants. Dans ce contexte, la proposition du Conseil d’État pour une « offre d’appel » en soutien au secteur du tourisme dans le cadre de la crise sanitaire du coronavirus (COVID-19) ne saurait être soutenue. Ces aides sectorielles à fonds perdus sont, en soi, problématiques. Soit elles s’adressent aux seules entreprises en difficultés, et cela crée une inégalité de traitement, soit elles visent toutes les entreprises, y compris celles qui en ont moins besoin, et cela constitue une mauvaise allocation des deniers publics. La seconde option est toutefois la seule praticable car il serait insoutenable que l’État pénalise les entrepreneurs rigoureux au profit des plus imprudents. Une faillite n’est jamais souhaitable, mais elle fait partie intégrante du risque entrepreneurial.


Dans le cas particulier, outre son aspect « arrosoir », la mesure proposée est mal ciblée et privilégie injustement certains acteurs du secteur ; l’« offre d’appel » imaginée par le Conseil d’État est la suivante : l'État de Genève verse une indemnité à l'hôtelier à hauteur du tiers du prix de la chambre. Celle-ci est arbitrairement fixée par le nombre d'étoiles (100 francs par étoile) et le nombre de nuitées. Il s'agit d'une indemnisation partielle de l'hôtelier, lorsque celui-ci a accepté de participer à l'opération «100 francs par étoile», étant entendu que l'hôtelier renonce au tiers du prix de la chambre.


Cette offre est assurément mal ciblée car elle bénéficiera principalement aux palaces cinq étoiles tout en prétendant viser une clientèle suisse de la classe moyenne. En effet, si vous voulez réserver une chambre dans un hôtel trois étoiles au mois de juillet 2020, et que vous allez aujourd’hui sur un site de réservation bien connu, vous trouverez de très nombreuses offres entre CHF 100.- et CHF 120.- par nuit. Aussi, le fait de proposer une chambre à CHF 100.- via le programme d’« offre d’appel » imaginé par le Conseil d’État, n’a que peu d’attrait. Si vous renouvelez l’exercice pour une chambre dans un hôtel cinq étoiles, la plupart des offres sont supérieures à CHF 400.- par nuit. Aussi, le fait de proposer une chambre à CHF 166.- via le programme d’« offre d’appel » imaginé par le Conseil d’État est dans ce cas attractif. Entre une chambre dans un palace à CHF 166.- et une chambre à CHF 100 dans un hôtel trois étoiles, que pensez-vous que nos compatriotes lucernois choisiront ?


Au caractère mal ciblé de la mesure, s’ajoute l’obligation pour les hôteliers souhaitant participer à l’opération, de s'inscrire auprès de la Fondation Genève Tourisme & Congrès qui sera la seule centrale de réservation agréée. Pourquoi faut-il contraindre les hôteliers de travailler avec cette centrale de réservation ? Dans les faits, ce projet de loi aura pour effet de détourner une part de la clientèle suisse de classe moyenne, habituellement adepte d’hôtels de classe moyenne au profit de palaces subventionnés par l’État. En réalité, l’opération de sauvetage du Salon de l’Auto est utilisée pour favoriser Palexpo SA et le soutien au secteur du tourisme pour privilégier la centrale de réservation de la Fondation Genève Tourisme & Congrès.


Faut-il pour autant ne rien faire ? Assurément non. L’État a son rôle à jouer. Il doit évidemment contribuer à maintenir un tourisme d’affaires à Genève. L’État et le Département du développement économique (DDE) doivent se montrer encore plus actif pour attirer les événements internationaux en plus grand nombre. De même, il appartient également à l’État de développer et mettre en valeur les sites touristiques dont il a la charge. C’est en rendant Genève attractive pour les touristes suisses et européens que les hôtels se rempliront, ce n’est pas en remplissant les hôtels aux frais du contribuable que Genève deviendra une destination touristique prisée.

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Courage cher Cyril !
    Est-ce qu'au moins le groupe PLR au Grand Conseil partage unanimement ton analyse synthétique et ta critique tellement fondée ?

  • bravo M. Aellen. Vos propos constructifs sont nettement plus utiles au fonctionnement d’un parti que la démission (abandon de poste au sens large du terme) d’un élu en désaccord avec son parti. Merci pour votre bon sens qui vient cruellement à manquer de nos jours.

Les commentaires sont fermés.