08/02/2017

RIE III : Il m'apparaît raisonnable de voter OUI.

Il me semble qu'un record au moins aura été battu: celui du plus grand nombre d'arguments ridicules, souvent sans lien avec le sujet, développés par des intervenants d'une rare mauvaise fois.

Cela autant du côté des opposants que de celui des partisans. S'agissant des premiers, je peux comprendre la stratégie de l'enfumage; le peuple ne vote pas pour un projet dont il saisit mal les contours. Pour les seconds, je suis plus réservé.

L'enjeu de cette votation est pourtant assez simple.

La Suisse a su, depuis près d'un siècle, mettre en place des conditions favorables à une économie prospère.

Si certains peuvent légitimement regretter l'existence d'inégalités, nous devons unanimement admettre que la Suisse assure un niveau de vie et des prestations sociales qu'aucun autre Etat n'a jamais été capable d'offrir.

La réussite de la Suisse est en grande partie liée au fait qu'elle sait évoluer sereinement dans un monde en mouvement permanent. Si la venue, sur notre territoire, de société à statuts est à l'origine d'une part importante de notre prospérité, il faut admettre que cette pratique appartient désormais au passé.

RIE III permet cette évolution. Il s'agit d'une réforme indispensable qui respecte les nouveaux standards économiques internationaux et qui préserve les intérêts d'une économie nationale laquelle participe indéniablement à notre bonne qualité de vie actuelle.

J'entends bien toutefois les critiques formulées par les opposants. Je ne les partage pas toutes mais j'en comprends certaines. Aucune d'entre elles cependant ne justifie à mon sens un refus de cette réforme. La fiscalité des entreprises est appelée, par nature, à évoluer constamment. Elle doit s'adapter aux conditions politiques et économiques qui changent sans cesse. Si les inquiétudes des opposants se réalisent, nul doute que le peuple suisse saura apporter rapidement les modifications nécessaires.

C'est pour cela qu'il me semble indispensable de soutenir RIE III. Pas parce que le projet qui nous est soumis est parfait, mais parce qu'il est indispensable à la prospérité de notre pays et parce qu'il sera toujours temps de corriger les défauts qu'il comporte.

Refuser RIE III, c'est refuser d'évoluer, c'est créer inutilement de l'incertitude pour notre économie sans aucune garantie que le plan B soit meilleur que celui qui nous est actuellement présenté.

17:21 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |